Renaud Archambault de Beaune a choisi, encre de Chine et papier, le noir et le blanc, il y a plus de vingt ans, pour fabriquer la lumière et le mouvement.

A la première rencontre, le spectateur peut être étonné de ne percevoir qu'un brouillard de traits. Attentif, concentré sur le dessin il verra que dans le foisonnement de traits se dégage une représentation figurée, une palpitation d'un corps qui se débat. A partir d'un élément visuel identifié, le regard reconstitue un corps puis deux, un élément de décor peut le guider, une chaise, un lit... le sujet semble fixé dans un mouvement éternel. L'instant vibre encore.

Il est étonnant de voir un dessin, fruit de semaines et de mois d'un travail patient et obsessionnel, fixer un très court instant de vie, violent, sensuel, écorché ou apaisé. C'est ce qui fait la magie de l'oeuvre d'Archambault de Beaune.

Armé d'un porte-plume qu'il fabrique avec du bambou et de la fibre de carbone fixés à un manche récupéré sur une canne à pêche ou une perceuse, Archambault de Beaune, debout, comme un escrimeur, lance un geste précis sur la grande feuille de papier légèrement inclinée qu'il aime à retourner dans tous les sens pour dessiner sans perdre le fil de la construction et de la figuration. La rigoureuse composition de ses dessins n'est pas dessinée à l'avance, elle est intérieure et se dégage au fur et à mesure que le travail progresse.

Il faut une grande maîtrise du geste pour toucher le papier sans le percer et risquer de voir l'encre se répandre en tache. Archambault de Beaune aime aller jusqu'à l'extrême et dessiner sur les papiers les plus fins. Il travaille dans une concentration toute orientale, proche des disciples zen, posant sur la chair blanche du papier des dizaines de milliers de griffures qui sont comme des cicatrices sur la feuille et des traces d'instants vécus. Mais ses " lignes de non-retour " sont des pièges dans lesquels le regard se perd. Alors, entrez dans le dessin...

Dominique Roussel
Conservateur du Patrimoine

Retour à l'accueil

Les Lignes de non-retour d'Archambault de Beaune